Sur la route du Danube
par (Libraire)
18 avril 2019

Il a donc traversé dix pays, tout en racontant l’histoire des villes et paysages, narrant les invasions barbares, les guerres, les changements de frontière du passé et les migrations d’aujourd’hui. Son "récit l’arpentage" raconte une frontière entre une Europe et une autre - car l’Europe de l’Est n’a pas disparu, un repérage des points de contacts entre un pays et un autre, des endroits où l’on ne passe pas, parce qu’il n’y a pas de pont, pas de bac, de là où il y a des miradors et des barbelés comme ceux que Viktor Orban a mis pour séparer la Serbie de la Hongrie. Car un fleuve comme le Danube sépare autant qu’il unit. En passant, on réalise que tous les pays ne sont pas d’Europe de la même façon, certains sont dans l’espace Schengen, d’autres pas. Et il y a les héritages du monde chrétien, mais surtout de l’Empire ottoman, comme l’indiquent ces mosquées qui sont devenues musées. L’Europe du Danube est fortement diversifiée et mélangée comme en témoigne la petite ville de Vidin, Bulgarie, cette "cette petite Jérusalem danubienne" qui possède des lieux de culte pour les trois religions monothéistes et où "il y avait autrefois des Albanais, des Kurdes, des Druzes, des Grecs, des Turcs, des Tziganes, des Arméniens, des Juifs sépharades, des Tatars et des Circassiens".
Notons qu’il n’a pas, comme tant d’autres, descendu le fleuve de la source à l’embouchure, mais qu’il a remonté "le Danube dans le sens des invasions barbares et des grandes migrations, […] caressé l’Europe à rebrousse-poil"
Le récit d’Emmanuel Ruben n’est pas que celui d’un géographe (même s’il connaît des "extases géographiques"), c’est celui d’un géopolitiste qui a une vision politique de l’Europe. De cette Europe économique qui n’est pas encore sociale, il craint la disparition : "nous savons que cette Europe, qui s’est suicidée tant de fois et qui meurt aujourd’hui à petit feu, n’aura pas de troisième chance si elle s’autodétruit de nouveau. Oui, autant l’avouer, le vrai sujet de ce livre n’est pas le Danube mais l’Europe".
C’est aussi le carnet de route d’un cycliste (les distances indiquées sont exactes) passionné de vélo qui revient dans son pays natal, d’un amoureux des fleuves, d’un Européen "Oui, autant l’avouer, le vrai sujet de ce livre n’est pas le Danube mais l’Europe".

Tous les conseils de lecture