Aller avec la chance, Récit

Aller avec la chance, Récit

Iliana Holguin Teodorescu

Verticales

  • par (Libraire)
    6 février 2021

    Déjà, parcourir plus de 9000km en auto-stop à travers l’Amérique Latine, ce n’est pas rien. Mais quand c’est une jeune fille ("jolie", précise-t-elle) qui raconte son périple, ça frise l’exploit !

    À 18 ans, donc, Iliana Holguin Teodorescu voyage seule en Amérique Latine et en stop. Elle traverse la Colombie, l’Équateur, le Pérou, la Bolivie, le Chili et la Patagonie. Elle est presque toujours embarquée par des hommes, rarement des femmes, assez souvent des camionneurs, des taxis, qui, parfois, n’hésitent pas à faire un détour pour la déposer au bon endroit pour refaire du stop. Certains l’invitent dans leur famille. Tous disent qu’ils ne laisseraient pas leur fille se lancer dans une telle aventure. À chacun, elle demande combien il y a de gens mal-intentionnés dans le monde. C’est un fil conducteur qui indique qu’ils ne seraient pas si nombreux, "un misérable pour cent". Si elle voyage, c’est pour "avoir besoin d’aide, expérimenter la bonté des gens". Elle recueille leurs confidences, leurs projets, leurs espoirs, leurs regrets. Ainsi, elle constitue une galerie de micro-portraits plus qu’elle ne raconte un trajet, un voyage. La jeune femme se révèle observatrice, avisée – elle ment parfois aux importuns – délicate et attentive à ses interlocuteurs.
    Elle dit que sa mère a voulu qu’elle et son frère jumeau soient autonomes. Nul doute, elle a réussi ! Dans cet espace de vie aventureuse et non planifiée, elle peut "éprouver de qui reste de moi dans une vie sans nulle contrainte". Son récit original ne manque pas de charme. Il révèle une fille qui porte un regard positif sur le monde, sans naïveté. Écrit sans effet de manche, il se lit avec intérêt et curiosité.


  • par (Libraire)
    27 novembre 2020

    Autostop sur 9356km

    Iliana Holguin Teodorescu a décidé de réaliser son voyage en Amérique du Sud en autostop de la Colombie jusqu'au Chili.
    Elle réalise le portrait fugace de ces hommes et femmes qui acceptent de l'avancer un peu plus loin.
    Aller en autostop en espagnol se dit "ir con la chance" aller avec la chance.