Le nom de la rose

Le nom de la rose

Umberto Eco

Le Livre de poche

  • 19 juin 2019

    « Le Nom de la rose », best-seller médiéval d’Umberto Eco

    Dans ce roman policier historique, Umberto Eco parvient à mêler une enquête captivante et une fine analyse des tourments qui agitèrent la chrétienté au XIVe siècle.
    Voir la suite sur lemonde.fr


  • 29 mars 2012

    Un vieil homme raconte la terrible enquête qu’il a menée avec son maître des décennies auparavant. Alors qu’il était novice, Adso était le secrétaire de Guillaume de Baskerville, ancien inquisiteur. En 1327, les deux frères furent appelés dans une abbaye en Ligurie pour résoudre une mort étrange. Mais, rapidement, les morts se succèdent dans l’enceinte religieuse. Les suspects deviennent les victimes et tous les indices pointent vers la bibliothèque, lieu interdit aux hommes, territoire exclusif du vieux bibliothécaire aveugle, Jorge de Burgos.


    Pendant sept jours, Guillaume et Adso suivent les traces d’un criminel et mettent au jour toutes les luxures de l’abbaye. Ils se heurtent au silence buté et à l’austérité des moines. Entre passages secrets, mystères et labyrinthe, l’enquête progresse laborieusement. Comment sont morts les moines ? Pourquoi ? Que cherche-t-on à cacher dans l’immense bibliothèque ? Guillaume ne se décourage pas et il sait obtenir les réponses qu’il attend. « Ne me demande pas de te confesser. Ne clos pas mes lèvres en ouvrant les tiennes. Ce que je veux savoir de toi, tu me le diras d’une autre manière. Et si tu ne me le dis pas, je le découvrirai par moi-même. Demande-moi miséricorde, si tu veux, ne me demande pas le silence. Vous êtes trop nombreux à vous taire dans cette abbaye. » (p. 149)
    Guillaume de Baskerville est un fin observateur, il sait lire les codes et « les traces par lesquelles le monde nous parle comme un grand livre » (p. 36) et il use avec habileté d’une logique qu’il sait sans cesse remettre en question. Il ne néglige aucun indice et reste ouvert aux coïncidences. « Nous sommes ici en train de chercher à comprendre ce qui s’est passé entre des hommes qui vivent parmi les livres, avec les livres, des livres, et donc même les mots écrits dans les livres sont importants. » (p. 144) Un livre, plus que tous les autres, attise la convoitise des hommes depuis des siècles. Se pourrait-il qu’il se trouve dans cette abbaye et qu’il explique enfin le caractère licite du rire ? Pour trouver ce livre, il faut d’abord déchiffrer le secret de la bibliothèque et se tirer de son labyrinthe et de ses pièges. Le lieu censé être ouvert à la connaissance et au partage du savoir se révèle être une place dangereuse, voire mortelle. « C’est une histoire de larcins et de vengeance entre moines de peu de vertu !, m’exclamai-je, plein de doute. / Autour d’un livre interdit, Adso, autour d’un livre interdit, répondit Guillaume. » (p. 496)
    Ce polar historique mêle meurtre et enquête avec histoire de la papauté et de la foi. On assiste à un procès mené par l’Inquisition : les hérésies ravagent le Royaume de Dieu et les inquisiteurs entendent y mettre bon ordre. Se déroulent alors des joutes rhétoriques sur les textes saints et antiques, sur la question de la vérité et de la vraie foi. C’est tout un pan de l’histoire chrétienne qui est présentée. Si certains passages sont un peu longs, l’ensemble reste très intéressant. Que les non latinistes prennent leur courage à deux mains : les citations latines qui foisonnent à chaque page ne sont pas traduites (pas dans mon édition en tout cas), ce qui fait perdre un peu du sens. Mais, globalement, le roman se lit très vite. L’enquête est finement menée en la personne de Guillaume de Baskerville. Adso, qui semble n’être qu’un faire-valoir, est en fait un des éléments majeurs de la résolution de l’énigme. Le roman de la rose est un très bon roman policier et historique. Il ne me reste qu’à revoir le film qui met en scène Sean Connery et Christian Slater dans la peau des deux frères enquêteurs.