Tous les hommes désirent naturellement savoir
par (Libraire)
18 septembre 2018

Nina Bouraoui fait retour sur ses origines et sa jeunesse. Elle entremêle les chapitres de son récit, formant comme un jeu de piste dont on ne sait encore où il mène, ou comme une quête. Dans "Savoir", elle évoque l’histoire de sa famille grand-parentale et, surtout, de ses parents. Dans "Se souvenir", elle se remémore son enfance en Algérie. Dans "Devenir", elle parle de la découverte et de l’acceptation de son homosexualité.
Nina Bouraoui est la fille d’un coupe franco-algérien qui s’est formé à Rennes, contre l’avis de sa grand-famille française, plutôt bourgeoise et aisée. De cette période de son enfance, elle garde de bons souvenirs, même si ce ne fut pas toujours facile. En 1972, la famille part en Algérie. Sa mère fera tout pour s’intégrer : apprendre l’arabe, parcourir le pays, respecter les sensibilités, "porter des robes kabyles à fleurs dans la maison, des djellabas". Sa fille rend rend hommage à son courage -elle a été agressée- et à sa fidélité.
Nina Bouraoui aime l’Algérie qui l’a marquée. Elle dira "Notre départ d’Algérie est une tragédie – la lumière, le parc, les arbres, l’odeur des fleurs et de la pluie sur la terre, la vie sauvage nous manquent". L’Algérie est "mon paradis que je n’accepterai jamais d’avoir perdu". Elle a de beaux souvenirs des paysages, des odeurs, des corps et de la mer. Elle se rappelle aussi la violence et garde ouverte la blessure du brusque retour en France, "le 17 juillet 1981, avant la décennie noire, j’avais 14 ans".
C’est à Paris qu’elle devient adulte, qu’elle lutte pour accepter son homosexualité. Dès sa majorité, elle fréquente le milieu de la nuit et les femmes, en tremblant d’être reconnue. Elle a eu la chance que ses parents, qui sont loin, ne la rejettent pas.

Ce livre est un récit intime et pudique, bouleversant par sa franchise et ce qu’il dit de la douleur de ne pas être dans la norme, de la souffrance d’avoir quitté le pays aimé, de la difficile recherche de soi. C’est une autobiographie qui n’en est pas une, qui n’est pas construite comme telle. C’est un beau texte, une superbe écriture, plein de belles pages. Ce récit, nécessaire pour l’auteure qui dit "écrire est ma raison d’exister, avec l’amour" est aussi un texte courageux.

Tous les conseils de lecture