Disponibilité
  • En stock seulement

Paul Hansen raconte sa vie alors qu’il est en prison à Montréal, pas loin de chez lui.C’est un pénitencier sévère où grouillent des rats, où il partage une très petite cellule appelée "condo" avec Patrick Horton, un biker très baraqué et facilement irascible. La bonne relation qu’il entretient avec Horton lui vaut d’être respecté dans toute la prison.
Paul Hansen est l’opposé de Horton, un homme calme, poli, sensible et de bon conseil. Dans le civil, il était le concierge-homme à tout faire et l’intendant de l’Excelsior, une copropriété de soixante-huit appartements. Il a été condamné pour meurtre. Mais de qui ? Et pourquoi ? N’est-ce pas une erreur ?
Paul Hansen est né en France d’un père danois qui a épousé une française. Lui est un pasteur austère à la foi vacillante, qui deviendra plus tard un joueur invétéré sur les champs de courses. Elle est une athée soixante-huitarde, fan de cinéma, gérant d’une salle dans laquelle, à partir de 1975, elle programme des films érotiques, ce qui va mettre fin au couple et décide de son émigration au Canada. Paul l’y rejoint en 1975 et devient le concierge de l’Excelsior. Il rencontre Wiwona, une indienne algondine avec qui il forme un couple très amoureux pendant onze années de vie commune, avec Nouk, une petite chienne abandonnée. Elle possède un petit avion-taxi, un Beaver DHC2, un avion solide, mais, hélas, "parfois traître et aucun signe avant-coureur ne prévient de l’imminence d’un décrochage" contre lequel son fétiche, un oiseau-mouche, ne pourra la protéger...
Peu à peu, on remonte dans la vie de Paul jusqu’au jour où le gestionnaire de l’immeuble lui fait subir une ultime injustice...

Ce roman est l’histoire très humaine de la relation qui lie Paul Hansen à Patrick Horton, une relation faite de respect, d’amitié et de fidélité.
C’est une histoire de l’amour qui le lie à Wiwona et de l’affection qu’ils portent à Nouk, leur chienne.
C’est aussi l’histoire d’un homme simple, un concierge généreux et serviable, un altruiste qui "certains soirs [avait] l’impression d’avoir passé plus de temps à écouter crisser les âmes qu’à vérifier sur le toit le grincement des extracteurs". Après l’arrivée d’un gestionnaire d’immeuble "petit sergent", il voit se transformer une copropriété fraternelle et chaleureuse en un assemblage de propriétaires jamais contents, aigris, revendicatifs, une transformation injuste qui lui est insupportable. Qu’est-ce qui pousse un homme bon à faire le mal ?
Il faut lire ce roman de Jean-Paul Dubois pour goûter à son écriture vive et précise, à son humour parfois sarcastique, à sa vision d’un monde certes imparfait, mais convivial, à ses descriptions des grands espaces.
On se laisse emporter par ce beau récit de vie émouvant, mélancolique et profond.

Tous les conseils de lecture