Arendt et Heidegger, La destruction dans la pensée
EAN13
9782226451385
ISBN
978-2-226-45138-5
Éditeur
Albin Michel
Date de publication
Collection
AM.ESSAI ESP.LI
Nombre de pages
784
Dimensions
18 x 11 x 2 cm
Poids
480 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Arendt et Heidegger

La destruction dans la pensée

De

Albin Michel

Am.Essai Esp.Li

Offres

Depuis une quinzaine d'années, les parutions de nombreux écrits de Heidegger ont révélé la radicalité de son national-socialisme et de son antisémitisme. Ses défenseurs se sont alors raccrochés à l'intensité de sa réception, pour tenter de sauver son statut de grand penseur. Parmi ceux-ci, Hannah Arendt est sans conteste celle qui aura le plus contribué, après 1945, à la diffusion planétaire de sa pensée. À la lire, on se heurte cependant à une question qui sera l'une des interrogations directrices du livre : comment un même auteur a-t-il pu concilier la défense hyperbolique de Heidegger et la description critique du totalitarisme national-socialiste, en particulier dans son rapport sur le procès Eichmann ? Arendt semble en effet se contredire : d'un côté, ses études de la dynamique destructrice des mouvements hitlérien et stalinien au xxe siècle, qualifiés par elle de totalitaires ; de l'autre, son apologie de Heidegger en 1969 pour ses quatre-vingts ans.

Pour Emmanuel Faye, cette contradiction n'est qu'apparente, et l'interprétation par Arendt du national-socialisme et le fait d'exonérer Heidegger de toute responsabilité sont intimement liés.
S'identifier pour envoyer des commentaires.