Rue Férou, roman
EAN13
9782268062266
ISBN
978-2-268-06226-6
Éditeur
Editions du Rocher
Date de publication
Collection
LITTERATURE
Nombre de pages
128
Dimensions
20 x 13 x 1 cm
Poids
144 g
Langue
français
Langue d'origine
italien
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

Dans les petites rues du quartier de l'église Saint-Sulpice, erre et divague Augusta la vieille jeune fille, en proie aux labyrinthes mentaux dans lesquels elle s'est toujours prise elle-même. Oh, très troublée la poverina ! Pensez donc : monsieur Zombeido, qu'elle aime, ne le sait pas, alors qu'elle vient chez lui faire la lecture à madame, qui, impassible, pose pour le peintre Peduzio, le maître de Bari qui répète la fin des phrases. Augusta viendra même vivre rue Férou, chez les Zombeido, et elle ira mieux, jusqu'au trépas de la belle Maria Zombeido, qu'Augusta aimait d'amour. Alors Luis Zombeido finira par voir Augusta, qui le verra s'habiller d'une manière on ne peut plus curieuse pour un homme... Mais ne dirait-on pas La Femme au chapeau noir que Van Dongen peignit en 1908 ? Et qui est le plus étrange finalement ? Suivons Adriana Asti dans ces petites rues où, cruelle, délicieuse et quelque peu espiègle, elle semble voir des choses assez peu ordinaires. Mais n'est-on pas, après tout, dans le quartier le plus italien de Paris ? Adriana Asti est née à Milan. Elle partage son temps entre Paris, Rome et la campagne ombrienne. Comédienne, au théâtre et au cinéma, c'est une protagoniste célébrée de la «scène» italienne. Pirandello, Copi, Beckett, Pinter et Natalia Ginzburg sont ses auteurs préférés. De grands metteurs en scène l'ont dirigée : Visconti, Strehler, Pasolini, Bertolucci, de Sica, Buñuel... Elle a inspiré différents auteurs italiens qui ont écrit pour elle et sur elle. Elle est l'auteur de deux pièces de théâtre qui ont rencontré un grand succès.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Adriana Asti
Plus d'informations sur Denitza Bantcheva
Plus d'informations sur René de Ceccatty