Trois conférences, Simone de Beauvoir, Marguerite Yourcenar, Nathalie Sarraute
Éditeur
Éditions de la Bibliothèque nationale de France
Date de publication
Collection
Conférences et Études
Langue
français
Code dewey
843.91
Fiches UNIMARC
S'identifier

Trois conférences

Simone de Beauvoir, Marguerite Yourcenar, Nathalie Sarraute

Éditions de la Bibliothèque nationale de France

Conférences et Études

Offres

  • AideEAN13 : 9782717726367
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    2.99
Simone de Beauvoir ou les chemins de la liberté, par Élisabeth Badinter
Élisabeth Badinter, revendiquant "un point de vue hautement subjectif "
interroge le destin de Simone de Beauvoir qui, "libre comme l'air", s'est
efforcée d'inventer une relation libre, authentique et égalitaire avec Sartre.
Elle met en lumière l'importance du Deuxième Sexe, qui "me paraît plus
nécessaire que jamais, non seulement pour retrouver un modèle de combativité
et d'indépendance d'esprit, mais parce qu'à ce jour je ne connais pas une
philosophie plus libératrice pour les femmes que celle qui préside à cet
ouvrage. Il est simple et tient en quelques mots : méfiez-vous de l'argument
naturaliste." Marguerite Yourcenar, lectrice et juge de son œuvre. Attentive à
l'extrême, par Lucette Finas Ce sous-titre, "attentive à l'extrême", nous le
construisons de deux façons. D'une part il signifie : "extrêmement attentive",
comme Yourcenar l'est à tout et en tout ; d'autre part : "attentive à ce qui
est extrême, tendue vers ce qui repousse nos limites". Qualité d'une exigence,
qualité d'une décision. Yourcenar en effet décide, tranche calmement. Ce geste
va bien au-delà du trait de caractère : nous nous apercevrons qu'il conduit à
une esthétique." Nathalie Sarraute ou l'obscur commencement, par Jacques
Lassalle Revenant sur un texte qu'il avait écrit à propos du Silence et de
Elle est là en 1993 lorsque le Théâtre du Vieux-Colombier devenait la deuxième
salle de la Comédie-Française, le metteur en scène Jacques Lassalle propose
ici une réflexion très personnelle sur l'œuvre de Nathalie Sarraute, mêlée de
"digressions intercalaires" qui empruntent à ses souvenirs de répétitions et à
ses conversations avec l'auteur.
S'identifier pour envoyer des commentaires.