Jean T.

http://www.lepaindesreves.fr/

https://lecturesdereves.wordpress.com/

Serge

Flammarion

20,00
par (Libraire)
18 avril 2021

Le narrateur, Jean, est l’enfant du milieu de cette fratrie de juifs non-pratiquants originaires de la Hongrie, entre Serge et Nana, la plus jeune de la famille Popper. La fratrie n’est plus toute jeune, disons que Jean est au milieu de sa vie. La famille était organisée autour de la mère, qui est décédée récemment, "Depuis qu’elle est morte, les choses se sont déréglées". La fratrie décide d’effectuer un voyage mémoriel à Auschwitz-Birkenau, pas seulement parce que "les enfants ne se sentent pas juifs", mais par devoir de faire mémoire, même si comme le dira Jean "Ce fétichisme de la mémoire est un simulacre". La visite tourne au fiasco, la fratrie se disputant pour des riens n’arrive pas à s’immerger dans le passé de ce lieu qui s’est transformé en parc touristique alors qu’il fut celui d’une immense tragédie, à éprouver de l’émotion comme si les millions de juifs qui y sont morts n’étaient que broutille.

Yasmina Reza nous offre le tableau d’une vie de famille avec ses relations d’affection, ses impatiences, ses engueulades, ses jalousies, les cachotteries, les mesquineries. Si la fratrie est fortement présente dans le roman, elle n’occulte pas la présence d’autres personnages, compagnes ou compagnons, enfants, tous réellement personnages secondaires, semblant n’exister que pour le décor.
La présentation de la famille Popper qui précède le voyage à Auschwitz sont des morceaux de bravoure et de drôlerie, même si la visite du camp est relatée de façon grinçante. Serge est un homme instable et égoïste qui a tout raté et qui sait se rendre odieux. C’est surtout Jean qui emporte la sympathie avec la bienveillance qu’il déploie pour Serge, sa résignation devant cette famille désarticulée, son désenchantement, mais aussi son attention pour sa sœur, son affection pour Luc, son beau-fils, un enfant à part.
J’ai bien aimé le ton burlesque, l’humour noir et déjanté de Yasmina Reza, l’écriture enlevée et soignée, la construction rigoureuse du roman. J’avoue cependant avoir trouvé l’ensemble un peu confus et dérivant sans véritable intrigue. J’ai décroché quelques vingt-trente pages avant la fin.

Boza !
par (Libraire)
9 avril 2021

"Boza !" est le cri que poussent les migrants lorsqu’ils ont franchi le "le Monstre-à-Trois-Têtes, trois barrières massives, surmontées par des quantités de fils barbelés. Elles séparent Nador de Melilla, le Maroc de l’Espagne, l’Afrique de l’Europe".
"Boza !" est le récit d’Ulrich Cabrel, un jeune camerounais de quinze ans qui a voulu quitter son bidonville dans la région de Douala, pour venir en Europe. Il part en juillet 2016 avec quelques francs CFA en poche, pour un périple de neuf mille kilomètres. Il arrive en Bretagne à l’automne 2017. Le parcours est long, plein d’embûches, de risques de mort. Il est à la merci des milices, de la police, des passeurs, des luttes de pouvoir, des séjours dans des ghettos. Il a risqué mainte fois sa vie, notamment entre Arlit, au Niger, et Tamanraset en Algérie, pendant la traversée du désert, un épisode dont on n’entend pas parler dans les médias. Mais jamais sa rage de réaliser son rêve ne l’a quitté

Il faut aussi lire son récit de la préparation du franchissement de la triple barrière, dans la forêt du Gourougou, à dix kilomètres de la frontière. Il raconte l’organisation militaire, la hiérarchie, le système de clans, la discipline et la solidarité des cinq cent personnes qui vont à l’assaut de la triple barrière, l’attente dans le froid et sous la pluie, leur résistance physique et la force de leur mental transcendées par l’objectif à atteindre : le Boza ! Il raconte comment s’impose le guide de ce groupe, celui "qui construit le chemin" et comment lui-même devient le guide de cette armée.
Le récit d’Ulrich Cabrel a été co-écrit sous la forme d’un roman avec Étienne de Longueville qui l’a accueilli à Saint-Brieuc, qui s’est "beaucoup marré en l’écoutant" pour écrire le livre. Qui dit aussi s’être beaucoup enrichi de sa rencontre avec Ulrich et d’autres migrants.
Le récit est remarquable de sincérité et d’authenticité, débordant d’énergie, avec une capacité à faire voir et ressentir ce qu’a été ce périple, ce chemin de vie d’un jeune homme qui a enduré le pire, qui s’est déchiré le cœur pour venir en France, connaître la liberté, vivre son destin.
Il faut lire ce livre, se laisser happer, puis le faire lire.

Vivre avec nos morts
par (Libraire)
8 avril 2021

Delphine Horvilleur est rabbine, "rabbin laïc" a précisé la sœur d’Elsa Cayat, morte lors de l’attentat contre Charlie Hebdo. Etre rabbin n’est pas un sacerdoce, c’est son métier qui la met en contact avec des "endeuillés" pour les accompagner lors du décès d’un proche , pour faire son hommage, "faire sentir combien dans la vie nous avons été en vie" et réciter le kaddish.

Le livre s’organise en onze chapitres qui évoquent des morts d’inconnus ou de personnalités. Elle a accompagné Simone Veil, Marceline Loridan-Ivens, Elsa Cayat dont la sœur la désignera comme "rabbin laïc", mais aussi sa proche amie Ariane, et cette dame dont le fils est incapable de raconter l’histoire parce qu’elle n’en a rien dit et qui sera seul à l’enterrement.
Dans chaque chapitre, elle s’efforce de donner un sens à la mort et raconte aussi un peu de son histoire personnelle. Elle évoque la relation des vivants et des morts, l’histoire du peuple juif, la Shoah, des personnages bibliques comme Moïse qui a négocié avec Dieu pour échapper à la mort, le journalisme, le "métier de rabbin", certains rites et pratiques du judaïsme. Quand elle revient sur sa vie de jeune femme étudiant à Jérusalem à l’époque de la mort d’Itsh’ak Rabin en 1995, c’est pour dire que son sionisme n’est pas celui des propriétaires qui se réfèrent au "cadastre biblique", qu’elle préfère un sionisme "nourri d’exil , de non-appartenance (…) de la certitude de devoir être sur cette terre des résidents étrangers, des non-propriétaires". Évoquant les obsèques d’Elsa Cayat, elle réfléchit à la laïcité qui lui permet d’être rabbine, qui "garantit toujours une place laissée vide de certitudes", "que l’espace de nos vies n’est jamais saturé de convictions et [qu’]elle garantit une place à la croyance qui n’est pas la nôtre". .
Dans un dernier chapitre, elle nous emmène au cimetière de Westhoffen profané en 2019. C’est le cimetière de sa famille paternelle et celui de familles illustres dont nous connaissons tous les noms et qui ont beaucoup donné à la France. C’est l’occasion d’une belle et émouvante relecture du fratricide des enfants d’Adam et Ève, Caïn le propriétaire qui tue Abel, celui qui "ne s’installe nulle part et ne connaît aucune propriété", "meurt et disparaît sans laisser de trace".
Cet essai de Delphine Horvilleur est au-delà de toute croyance et nous concerne tous puisque "la question de la mort existe en chacun d'entre nous". Il aide à la relier à la vie, à nourrir notre réflexion et notre sérénité. La rabbine est une conteuse érudite dont le propos captive et apaise. Son écriture est limpide et agréable. Elle possède le talent très personnel de regarder au-delà de l’apparence, à côté de l’évidence pour nous faire voir autre chose, découvrir un autre sens, d’expliquer les textes de sa tradition pour nous les rendre contemporains et capables de répondre à des situations très actuelles.
Ce livre est un bel hymne à la vie !

Jésus et Judas
8,00
par (Libraire)
4 avril 2021

Dans un court texte, le grand écrivain juif Amos Oz (1988-2018) revisite à nouveau le personnage de Judas, universellement reconnu comme "la figure emblématique du traître, un individu infâme, ignoble, infâme, méprisable". Pour ce faire, il explique comment il a "appris à aimer Jésus" qui n’était pas chrétien, mais un "juif réformateur" que tout Jérusalem connaissait.

Selon des sources chrétiennes, Juda n’était pas "un misérable pêcheur de Galilée, au contraire des apôtres, mais un riche propriétaire terrien, originaire de Judée" qui croyait fermement "en la divinité du Christ, en sa mission de Rédempteur , de Sauveur, de Messie". Alors pourquoi se ferait-il payer la modeste somme de trente sicles pour vendre son maître et héros ? Judas livre son rabbi aux Romains pour hâter l’avènement du Messie et se suicide de désespoir lorsque ceux-ci arrêtent Jésus pour le crucifier. Cette qualification de Judas comme traître "dans les Évangiles fut le Tchernobyl de l’antisémitisme chrétien", ce qui a fait "des dizaines de milliers de victimes innocentes et empoisonne les relations entre juifs et chrétiens depuis plus de deux mille ans". Amos Oz pense "qu’un éditeur digne de ce nom aurait dû supprimer cet épisode des Évangiles, un appendice inutile au déroulement de l’histoire".
Que toute sa vie, Amos Oz ait été accusé d’être un traître fait de son texte une défense inattaquable et brillante.
Traîtresse, Delphine Horvilleur est souvent accusée de l’être à la tradition "en osant porter le titre de rabbin", au féminin qui devrait être relégué à la sphère domestique, au sionisme. Dans une très belle et émouvante préface, elle converse avec le défunt en lui exprimant son affection profonde et tout ce qu’elle lui doit humainement, philosophiquement et politiquement. Elle conclut que "Ceux qui nous accusent de traîtrise ne toléreront jamais cela, la polyphonie des mondes et des incertitudes qui les sauvent".

Le LicorNON

Gautier-Languereau

12,90
par (Libraire)
3 avril 2021

Histoire d’une petite licorne qui n’a pas bon caractère, ou qui a du caractère, on choisira… Elle aime beaucoup dire non, faire ce qu’elle veut, dire NON à toutes sortes de choses. C’est drôle, amusant, agréable.
On peut le donner à lire à des enfants à partir de 7-8 ans, mais on peut aussi le lire à un ou des enfants.
Les illustrations sont douces et pleines d’humour.